Afya

Après le projet Maji achevé avec succès, Misingi continue avec ‘Afya’ (Kiswahili pour la santé). Pour fin décembre 2021, Misingi souhaite rénover le dispensaire actuel d’Endallah et y construire une nouvelle maternité. Le projet est conforme aux valeurs et à la vision de la santé publique, des soins de santé primaires et de la participation communautaire, telles que décrites et enseignées à l’Institut de Médecine Tropicale d’Antwerp. Pour les plans de construction, nous avons pu nous appuyer sur l’expertise de Médecins sans frontières. Avant Afya, Misingi soutenait déjà le dispensaire avec des activités plus modestes. Enfin, Misingi facilite les stages à l’étranger pour les étudiants en soins infirmiers et obstétricaux du collège universitaire Thomas More. Le dispensaire est l’un des stages permanents.

L’avancement du project

Les Faits

Durée du projet: juillet 2019 – juillet 2022
Coût total estimé: 75.000 EUR
Bénéficiaires: les 25.000 habitants du Ward Endamarariek
Pour réaliser:

Coordination Tanzanie: Elibariki A. Dimme & staff du dispensaire
Coordination Belgique: Vincent Van Baelen

Dispensaire d’Endallah juillet 2019

Court métrage croquis de situation

Pour les soins médicaux et infirmiers, les 6.500 habitants de la campagne d’Endallah n’ont qu’un seul petit poste de santé: le dispensaire d’Endallah. Le centre de santé d’Endamarariek, si un véhicule moteur est disponible, est à une heure (12 km). Ce centre de santé est mieux équipé, mais du fait d’une privatisation étrangère, il est trop chère pour la plupart des villageois. Le seul hôpital de la région, l’hôpital luthérien de Karatu, est à une heure et demie de route (35 km). Avec un dépistage et un diagnostic rapides, il y a un gain de temps opportun. Mais malheureusement, avec des situations plus aiguës telles que les accidents de moto ou de travail chez les agriculteurs ou les ouvriers, il est souvent trop tard.

L’équipe se compose d’un médecin (Dr Solomon Charles Abdallah), de 2 infirmières (Eliaichi Temba et Felister Sinyaw), d’un technicien de laboratoire (Martha Fissoo) et d’un gardien (Yotham Baynit). Le Dr Solomon habite à proximité du dispensaire et est disponible 24h/24 et 7j /7. La nuit et le week-end, Eliaichi et Felister travaillent en alternance. Tous les jeudis, c’est la ‘clinique des mères enceintes’: les femmes enceintes sont examinées et suivies. Bien sûr, cela ne signifie pas que les autres jours, ils ne sont pas les bienvenus. Tous les vendredis, il y a de la sensibilisation à Masabeda et Manusay. Shangit suivra également plus tard. Les bébés et les femmes enceintes reçoivent les vaccins nécessaires sur place.

Le dispensaire dispose de salles de consultation, d’administration, de soins des plaies, d’accouchements et de patients, d’un petit laboratoire et de quelques toilettes. Grâce au projet Maji, il est connecté au système d’eau. La nuit, certains panneaux solaires fournissent un éclairage limité. Pour les accouchements nocturnes, le médecin et les infirmières s’aident eux-mêmes avec un projecteur. Tous les déchets médicaux sont brûlés dans un puits. Pour résoudre ce problème, la construction d’un incinérateur, requise par le gouvernement, est incluse dans le projet. Dans certaines pièces, le toit et les fenêtres sont cassés. Le matériel de base manque: pas de rideaux, pas de porte-gouttes, pas d’oreillers, draps et matelas (lavés) insuffisants, lits et toilettes cassés …

Le dispensaire d’Endallah a une grande pénurie d’équipement de soin des plaies. L’ensemble du stock se compose de quelques bandages, de quelques pansements, de quelques bouteilles d’isobétadine et d’eau physiologique. Il n’y a pas de compresses stériles. Ces dernières années, nos sponsors ont fait don de la majorité du matériel médical: pinces, ciseaux, tensiomètres, glycémie et saturation… Le matériel est «stérilisé» par de l’eau bouillante sur un feu à gaz.

Dans la zone plus large, le dispensaire d’Endallah est le seul poste de santé à disposer d’un microscope capable d’analyser des échantillons d’urine et de selles. C’est pourquoi non seulement les habitants d’Endallah, mais aussi bien au-delà viennent ici. Le paludisme, la glycémie, la glycosurie, les vers, l’amibiase, le VIH, la syfilis et les taux de sédimentation des érythrocytes peuvent être testés. Cependant, le petit laboratoire ne dispose pas encore d’équipements nécessaires, comme une centrifugeuse et un moniteur d’hémoglobine. Ces deux derniers sont inclus dans le projet.

Chaque jour, il y a en moyenne 10 à 20 patients. L’équipe peut effectuer de plus petites interventions médicales telles que des sutures de plaies et des naissances naturelles. Les maladies les plus courantes sont les infections respiratoires, gastro-intestinales et urinaires, les maladies inflammatoires pelviennes, les vers intestinaux, les infections des plaies, la diarrhée, les maladies de la peau et l’asthme. Selon le Dr Solomon, en raison de l’eau plus propre et plus propre grâce au projet Maji, les infections gastro-intestinales ont diminué.

Chaque mois, le médecin se présente au gouvernement local de Karatu. Sur la base de ces chiffres, le gouvernement fournit des médicaments. Néanmoins, il y a une grande pénurie. Pour 7.000 personnes, il y a à peine une petite boîte contenant des analgésiques, des antibiotiques, des antihistaminiques et des agents anti parasitiques. Dans la zone, il y a des magasins où les habitants peuvent acheter des médicaments sans contrôle, à des tarifs commerciaux et sans avis médical ni prescription. En raison d’une livraison défectueuse et tardive, ce médicament n’est pas disponible au dispensaire.

En plus des soins curatifs, le dispensaire Endallah assure également le suivi des bébés et des enfants (photo), la planification familiale et les vaccinations. Il dispose de vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la pertussie, l’hépatite B, la grippe, le rotavirus et le pneumocoque. Ces vaccins sont conservés au frais avec du gaz (photo). Le gouvernement a décidé qu’une consultation est gratuite pour les patients de moins de 5 ans et de plus de 60 ans. Les très rares médicaments fournis par le gouvernement sont également gratuits. Les patients entre 5 et 60 ans paient pour les tests de laboratoire 1.000 TZS ou 0,40 EUR + médicament. Les vaccins et les tests de dépistage du paludisme et du VIH sont gratuits pour tous.

Calendrier du projet

PHASE 1: Développement d’une petite pharmacie financièrement indépendante

Coût total: 2.000 €

Calendrier: Terminé (juillet 2019 – août 2019)

Le Dr Simpa, le médecin qui a travaillé au dispensaire d’Endallah pendant dix ans, et le Dr Solomon, le médecin qui travaille actuellement, ont dressé une liste de médicaments et l’ont achetée à Arusha. Une pièce a été rendue vide et des racks ont été achetés. Les habitants peuvent désormais acheter le médicament à un prix abordable et après avis médical. Cette intégration de la pharmacie dans le dispensaire est une alternative saine et abordable pour les magasins qui vendent des médicaments non contrôlés sans consultation médicale préalable. De plus, la pharmacie n’est plus dépendante du manque de médication du gouvernement. Avec la vente des médicaments, l’équipe peut constamment reconstituer le stock, mais aussi payer d’autres coûts tels que la facture d’eau et le matériel de laboratoire.

PHASE 2: Rénovation du dispensaire actuel

Coût total: 2.200 €

Calendrier: Terminé (septembre 2019 – octobre 2019)

Avant de commencer la construction de la nouvelle maternité, nous rénoverons le dispensaire actuel. Le toit et certaines portes, fenêtres et toilettes sont réparés.

PHASE 3: Achat de matériel (para) médical pour le dispensaire actuel

Coût total: 8,030 €

Calendrier: Terminé (novembre 2019 – décembre 2019)

L’achat de 4 lits avec oreillers, draps et couvertures, 2 tables d’examen, 1 balance adulte, 1 balance bébé, 10 poubelles, 1 fauteuil roulant, 4 goutte à goutte, 2 lampe d’examen, 4 casiers, 1 autoclave, 1 centrifugeuse, 1 microscope et 1 hémoglobinomètre. Parmi toutes ces innovations, l’équipe connaît des résultats positifs. Il peut fournir de meilleurs soins complets grâce à des tests de laboratoire plus étendus et une gamme de médicaments plus étendue. Par conséquent, de plus en plus de patients, également des villages voisins, viennent au dispensaire. L’équipe a élaboré un plan financier et tente de rester financièrement indépendante. Malheureusement, il ne peut pas compter sur un grand soutien du gouvernement (local). Le parrainage (J-Tec Material Handling, Luc Boey et Chantal Putteman) fournit un ordinateur portable en janvier pour gérer efficacement l’administration croissante.

PHASE 4: Construire une maternité

Coût total: 55.000 €

Calendrier: janvier 2020 – octobre 2021

En janvier, Misingi démarre la plus grosse phase de ce projet: la construction et l’aménagement d’une maternité. Les plans de «Médecins sans frontières» et du gouvernement (local) tanzanien ont été comparés et discutés. Cette phase commence par la construction d’un incinérateur. La «fosse à déchets» actuelle près de l’école primaire, un trou enfermé dans le sol où tous les déchets médicaux sont incinérés, est trop dangereuse. En janvier, Roger se rend à Endallah pour aider au démarrage des fondations. En raison des pluies de longue durée, cette phase a été retardée de plusieurs mois. Il n’avait pas plu autant depuis de nombreuses années. Le pont, l’entrée du dispensaire et les canalisations sont rompus et les routes sont devenues inaccessibles. Les réparations ont commencé. Avec un tracteur plus petit, les fundi (ouvriers du bâtiment) ont apporté les premières pierres pour la construction de l’incinérateur. PHASE 5: Aménagement de la nouvelle maternité Coût total: 10.500 € Calendrier: novembre 2021 – décembre 2021 L’achat de lits, de matériel bébé, de matériel médical pour les examens et l’accouchement… Cette phase sera entièrement financée par la Fondation Afas. Comment finançons-nous cela? Pour la phase 5, Misingi peut compter sur le soutien financier de la Fondation Afas. En outre, il financera une partie des coûts en utilisant ses propres réserves. Cela ne sera pas suffisant pour réaliser l’ensemble du projet. Nous travaillons donc par étapes, estimons une durée de projet de deux ans et demi et comptons sur nos fidèles sponsors, nouveaux sponsors (médicaux), entreprises et écoles. Pour la construction de l’école secondaire d’Endallah, nous avons collecté 300.000 EUR en 6 ans, pour le projet Maji, nous avons collecté 135.000 € les 3 dernières années. Encore une fois, nous sommes convaincus que nous réussirons.

Votre soutien ?

À propos de la gestion de projet, nous avons des années d’expérience. Nous avons également les connaissances techniques nécessaires. Plusieurs fois par an, nous nous rendons sur place pour suivre le projet, mais nous pouvons aussi compter sur nos fidèles coordinateurs locaux John, Elibari et Dr. Solomon. Vous pouvez être sûr que nous finirons aussi très bien ce projet, si nous disposons de ressources financières suffisantes. Pour ce dernier, nous aimerions compter sur vous.

Parrainez notre projet avec un simple cadeau

Misingi vzw

IBAN: BE90 9731 2362 6332 BIC: ARSPBE22

Souhaitez-vous recevoir un certificat fiscal?

La Fondation Roi Baudouin coopère avec le projet. Dès que vous soutenez Misingi avec au moins 40 EUR par an (en un seul versement ou cumulés), cela entraîne une réduction d’impôt de 45% sur le montant réel déposé (art. 145/33 CIR). Vous recevrez le certificat requis pour obtenir l’exonération fiscale en février de l’année suivant le don.

IBAN: BE10 0000 0000 0404 BIC: BPOTBEB1

Communication structurée: 128/3211/00037.

Attention: ce n’est qu’en précisant cette communication structurée que votre don se retrouvera sur le compte projet de vzw Misingi!

Comme pour nos projets précédents, nous proposons des ateliers et des présentations. Nous sommes impatients de les présenter.

Ces dernières années, on nous a régulièrement demandé si le don de médicaments et de matériel médical était également possible. Le Dr Solomon a dressé une liste. Le médicament ne doit pas être périmé ou endommagé. Nous fournissons un dépliant en anglais et veillons à ce que tout soit livré rapidement.

Liste des dons de médicaments et de matériel médical Nous garantissons également que pour ce projet, Misingi adhère à ses valeurs. De plus, ce projet s’inscrit dans la vision de la santé publique, des soins de santé primaires et de la participation communautaire telle que décrite et enseignée à l’Institut de Médecine Tropicale d’Antwerp. Les pierres angulaires de cette vision sont le dialogue, la prise de décision partagée, l’équité, la solidarité, la participation et l’autonomie.

Un développement de projet soigneusement préparé et soutenu scientifiquement. Les connaissances nécessaires ont été acquises à l’Institut de Médecine Tropicale d’Antwerp. Misingi vzw suit la philosophie de l’altruisme efficace: une combinaison d’empathie, de rationalité et de preuves scientifiques.

Nous nous efforçons de responsabiliser l’ensemble du système de soins local. Avec tous les acteurs de soins au sein du Ward Endamarariek (dispensaires, postes de santé, centres de santé et sensibilisation), nous gérons comment nous pouvons rendre les soins plus sûrs et plus continus, accessibles, efficaces, efficients et axés sur le patient.

Les rapports et la comptabilité sont corrects et transparents. L’vzw Misingi et le comité local conservent les devis, les factures et les reçus.

Un projet concret avec des phases claires. Nous travaillons étape par étape avec des phases définies qui ont un début et une fin. Chaque phase est documentée séparément. Les sponsors qui souhaitent communiquer avec leur communauté sur la phase qu’ils ont soutenue reçoivent les informations et le matériel photo nécessaires.

Une gestion de projet efficace et motivée, en étroite collaboration avec des partenaires locaux solides et fiables.