Afya

Après le projet Maji achevé avec succès, Misingi continue avec ‘Afya’ (Kiswahili pour la santé). Pour fin décembre 2021, Misingi souhaite rénover le dispensaire actuel d’Endallah et y construire une nouvelle maternité. Le projet est conforme aux valeurs et à la vision de la santé publique, des soins de santé primaires et de la participation communautaire, telles que décrites et enseignées à l’Institut de Médecine Tropicale d’Antwerp. Pour les plans de construction, nous avons pu nous appuyer sur l’expertise de Médecins sans frontières. Avant Afya, Misingi soutenait déjà le dispensaire avec des activités plus modestes. Enfin, Misingi facilite les stages à l’étranger pour les étudiants en soins infirmiers et obstétricaux du collège universitaire Thomas More. Le dispensaire est l’un des stages permanents.

Les Faits

Durée du projet: juillet 2019 – juillet 2022
Coût total estimé: 75.000 EUR
Bénéficiaires: les 25.000 habitants du Ward Endamarariek
Pour réaliser:

Coordination Tanzanie: Elibariki A. Dimme & staff du dispensaire
Coordination Belgique: Vincent Van Baelen

Dispensaire d’Endallah juillet 2019

Court métrage croquis de situation

Pour les soins médicaux et infirmiers, les 6.500 habitants de la campagne d’Endallah n’ont qu’un seul petit poste de santé: le dispensaire d’Endallah. Le centre de santé d’Endamarariek, si un véhicule moteur est disponible, est à une heure (12 km). Ce centre de santé est mieux équipé, mais du fait d’une privatisation étrangère, il est trop chère pour la plupart des villageois. Le seul hôpital de la région, l’hôpital luthérien de Karatu, est à une heure et demie de route (35 km). Avec un dépistage et un diagnostic rapides, il y a un gain de temps opportun. Mais malheureusement, avec des situations plus aiguës telles que les accidents de moto ou de travail chez les agriculteurs ou les ouvriers, il est souvent trop tard.

L’équipe se compose d’un médecin (Dr Solomon Charles Abdallah), de 2 infirmières (Eliaichi Temba et Felister Sinyaw), d’un technicien de laboratoire (Martha Fissoo) et d’un gardien (Yotham Baynit). Le Dr Solomon habite à proximité du dispensaire et est disponible 24h/24 et 7j /7. La nuit et le week-end, Eliaichi et Felister travaillent en alternance. Tous les jeudis, c’est la ‘clinique des mères enceintes’: les femmes enceintes sont examinées et suivies. Bien sûr, cela ne signifie pas que les autres jours, ils ne sont pas les bienvenus. Tous les vendredis, il y a de la sensibilisation à Masabeda et Manusay. Shangit suivra également plus tard. Les bébés et les femmes enceintes reçoivent les vaccins nécessaires sur place.

Le dispensaire dispose de salles de consultation, d’administration, de soins des plaies, d’accouchements et de patients, d’un petit laboratoire et de quelques toilettes. Grâce au projet Maji, il est connecté au système d’eau. La nuit, certains panneaux solaires fournissent un éclairage limité. Pour les accouchements nocturnes, le médecin et les infirmières s’aident eux-mêmes avec un projecteur. Tous les déchets médicaux sont brûlés dans un puits. Pour résoudre ce problème, la construction d’un incinérateur, requise par le gouvernement, est incluse dans le projet. Dans certaines pièces, le toit et les fenêtres sont cassés. Le matériel de base manque: pas de rideaux, pas de porte-gouttes, pas d’oreillers, draps et matelas (lavés) insuffisants, lits et toilettes cassés …

Le dispensaire d’Endallah a une grande pénurie d’équipement de soin des plaies. L’ensemble du stock se compose de quelques bandages, de quelques pansements, de quelques bouteilles d’isobétadine et d’eau physiologique. Il n’y a pas de compresses stériles. Ces dernières années, nos sponsors ont fait don de la majorité du matériel médical: pinces, ciseaux, tensiomètres, glycémie et saturation… Le matériel est «stérilisé» par de l’eau bouillante sur un feu à gaz.

Dans la zone plus large, le dispensaire d’Endallah est le seul poste de santé à disposer d’un microscope capable d’analyser des échantillons d’urine et de selles. C’est pourquoi non seulement les habitants d’Endallah, mais aussi bien au-delà viennent ici. Le paludisme, la glycémie, la glycosurie, les vers, l’amibiase, le VIH, la syfilis et les taux de sédimentation des érythrocytes peuvent être testés. Cependant, le petit laboratoire ne dispose pas encore d’équipements nécessaires, comme une centrifugeuse et un moniteur d’hémoglobine. Ces deux derniers sont inclus dans le projet.

Chaque jour, il y a en moyenne 10 à 20 patients. L’équipe peut effectuer de plus petites interventions médicales telles que des sutures de plaies et des naissances naturelles. Les maladies les plus courantes sont les infections respiratoires, gastro-intestinales et urinaires, les maladies inflammatoires pelviennes, les vers intestinaux, les infections des plaies, la diarrhée, les maladies de la peau et l’asthme. Selon le Dr Solomon, en raison de l’eau plus propre et plus propre grâce au projet Maji, les infections gastro-intestinales ont diminué.

Chaque mois, le médecin se présente au gouvernement local de Karatu. Sur la base de ces chiffres, le gouvernement fournit des médicaments. Néanmoins, il y a une grande pénurie. Pour 7.000 personnes, il y a à peine une petite boîte contenant des analgésiques, des antibiotiques, des antihistaminiques et des agents anti parasitiques. Dans la zone, il y a des magasins où les habitants peuvent acheter des médicaments sans contrôle, à des tarifs commerciaux et sans avis médical ni prescription. En raison d’une livraison défectueuse et tardive, ce médicament n’est pas disponible au dispensaire.

En plus des soins curatifs, le dispensaire Endallah assure également le suivi des bébés et des enfants (photo), la planification familiale et les vaccinations. Il dispose de vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la pertussie, l’hépatite B, la grippe, le rotavirus et le pneumocoque. Ces vaccins sont conservés au frais avec du gaz (photo). Le gouvernement a décidé qu’une consultation est gratuite pour les patients de moins de 5 ans et de plus de 60 ans. Les très rares médicaments fournis par le gouvernement sont également gratuits. Les patients entre 5 et 60 ans paient pour les tests de laboratoire 1.000 TZS ou 0,40 EUR + médicament. Les vaccins et les tests de dépistage du paludisme et du VIH sont gratuits pour tous.

Calendrier du projet

PHASE 1: Développement d’une petite pharmacie financièrement indépendante

Coût total: 2.000 €

Calendrier: Terminé (juillet 2019 – août 2019)

Le Dr Simpa, le médecin qui a travaillé au dispensaire d’Endallah pendant dix ans, et le Dr Solomon, le médecin qui travaille actuellement, ont dressé une liste de médicaments et l’ont achetée à Arusha. Une pièce a été rendue vide et des racks ont été achetés. Les habitants peuvent désormais acheter le médicament à un prix abordable et après avis médical. Cette intégration de la pharmacie dans le dispensaire est une alternative saine et abordable pour les magasins qui vendent des médicaments non contrôlés sans consultation médicale préalable. De plus, la pharmacie n’est plus dépendante du manque de médication du gouvernement. Avec la vente des médicaments, l’équipe peut constamment reconstituer le stock, mais aussi payer d’autres coûts tels que la facture d’eau et le matériel de laboratoire.

PHASE 2: Rénovation du dispensaire actuel

Coût total: 2.200 €

Calendrier: Terminé (septembre 2019 – octobre 2019)

Avant de commencer la construction de la nouvelle maternité, nous rénoverons le dispensaire actuel. Le toit et certaines portes, fenêtres et toilettes sont réparés.

PHASE 3: Achat de matériel (para) médical pour le dispensaire actuel

Coût total: 8,030 €

Calendrier: Terminé (novembre 2019 – décembre 2019)

L’achat de 4 lits avec oreillers, draps et couvertures, 2 tables d’examen, 1 balance adulte, 1 balance bébé, 10 poubelles, 1 fauteuil roulant, 4 goutte à goutte, 2 lampe d’examen, 4 casiers, 1 autoclave, 1 centrifugeuse, 1 microscope et 1 hémoglobinomètre. Parmi toutes ces innovations, l’équipe connaît des résultats positifs. Il peut fournir de meilleurs soins complets grâce à des tests de laboratoire plus étendus et une gamme de médicaments plus étendue. Par conséquent, de plus en plus de patients, également des villages voisins, viennent au dispensaire. L’équipe a élaboré un plan financier et tente de rester financièrement indépendante. Malheureusement, il ne peut pas compter sur un grand soutien du gouvernement (local). Le parrainage (J-Tec Material Handling, Luc Boey et Chantal Putteman) fournit un ordinateur portable en janvier pour gérer efficacement l’administration croissante.

PHASE 4: Construire une maternité

Coût total: 55.000 €

Calendrier: janvier 2020 – octobre 2021

En janvier, Misingi démarre la plus grosse phase de ce projet: la construction et l’aménagement d’une maternité. Les plans de «Médecins sans frontières» et du gouvernement (local) tanzanien ont été comparés et discutés. Cette phase commence par la construction d’un incinérateur. La «fosse à déchets» actuelle près de l’école primaire, un trou enfermé dans le sol où tous les déchets médicaux sont incinérés, est trop dangereuse.

En raison des précipitations prolongées et de la pandémie de corona, cette phase a été retardée de plusieurs mois. Il n’a pas plu aussi longtemps et autant depuis des années. Le pont, l’accès au dispensaire et les canalisations ont été emportés et les routes sont devenues inaccessibles. Les réparations ont commencé. Fundi (ouvriers du bâtiment) a apporté les premières pierres pour la construction de l’incinérateur avec un plus petit tracteur.

Update août 2020

Les routes et les conduites d’eau ont depuis été réparées. Parce que les camions s’enlisaient constamment dans la boue, nous avons payé des frais de transport plus élevés. Les grands travaux d’infrastructure ont donc été arrêtés et seul l’incinérateur (petit incinérateur) a été achevé. L’ancienne « fosse à déchets » dangereuse près de l’école primaire, un trou clôturé en acacia dans le sol où tous les déchets médicaux étaient brûlés, appartient désormais au passé.

Update octobre 2020

Le gros œuvre avec les tranchées de fondation, les structures renforcées et les murs est presque terminé. Les escaliers à l’entrée sont également en briques. En raison de la défaillance de l’une des deux cimenteries tanzaniennes, nous avons payé un prix du ciment plus élevé. En raison d’une plus grande différence de hauteur que prévu, une fondation plus lourde a également été réalisée. Un couloir central plus large a été aménagé pour la formation. Ces facteurs ont conduit à des coûts plus élevés pour le moment.

Update décembre 2020

Janvier, février et mars Mieke & Vincent sont sur place et soutiendront le projet.

Update juin 2021

En raison de la pandémie de corona et des difficultés politiques tanzaniennes, les dispensaires et centres de santé voisins fonctionnent lentement, donnant au dispensaire Endallah un rôle plus important dans la zone rurale et fournissant des soins à une population plus large géographiquement, y compris des cliniques mobiles. Le dispensaire d’Endallah est le seul poste de santé doté d’un laboratoire et d’une vaste pharmacie. La dernière analyse comptable (mars 2021) montre que, depuis juillet 2019, les recettes de la pharmacie (phase 1 du projet) sont une artère financière pour le poste de santé.

Le gouvernement a décidé de muter l’infirmière Felista, réduisant ainsi la charge de travail du Dr. Salomon, Dr. Komba, Eliaichi, Yotham et Martha n’ont fait qu’augmenter. dr. Simpa, l’ancien médecin et les étudiants en médecine, dont Abin, viennent régulièrement en aide. Zachayo assiste également Marietta, la femme de ménage. Entre autres, Zachayo désherbe régulièrement l’herbe autour du poteau, ce qui limite le danger de morsures de serpent.

En mars, un groupe de Français a visité le projet. Delphine Laisne a soutenu financièrement le projet via un financement participatif, avec du matériel médical et du matériel pour bébé. Merci beaucoup. Au cours de l’année scolaire écoulée, les écoles primaires Sint-Maarten Hombeek (conseil des parents), Sint-Lambertus Muizen (tour à jeun à pied), Sint-Lambertus Nossegem (tour à jeun à pied) et de Parel Mechelen (tour à jeun à pied) ont de nouveau soutenu le projet, pour lequel un grand merci encore. En ce qui concerne Corona, nous avons réalisé une vidéo pédagogique sur le projet qui a été utilisé dans les classes. Un grand merci également au cabinet de médecine générale de Torekens et à la pharmacie Waverdorp d’Onze-Lieve-Vrouw-Waver pour les médicaments et le matériel médical. Enfin, merci à tous les sponsors de longue date ou nouveaux qui nous ont également aidés financièrement. Les dons restent déductibles des impôts.Les maladies les plus courantes sont les infections des voies respiratoires, des voies urinaires, de l’estomac, des intestins et des plaies, les MST, les vers intestinaux, les brûlures et les réactions allergiques. Le Covid19 ne peut pas être testé et les recherches statistiques sont rares. Il est donc spéculatif sur sa présence et le nombre de diagnostics différentiels avec des infections respiratoires non-Covid19 est plus élevé que dans les pays occidentaux. Des masques faciaux et du gel hydro-alcoolique sont utilisés si disponibles.

La pandémie de corona, le climat politique actuel, une saison des pluies extrême et des approvisionnements instables en matières premières entraînent un retard de 6 mois. L’ouverture officielle est actuellement prévue pour début juillet 2022.

Update août 2021

PHASE 5 : Mise en place de la nouvelle maternité

Coût: € 10.500
Calendrier:
mai – juin 2022

Achat de lits, matériel de puériculture, matériel médical pour la recherche et l’accouchement…

Cette phase sera entièrement financée par la Fondation Afas.

Comment finance-t-on cela ?

Pour la phase 5, Misingi asbl peut compter sur le soutien financier de la Fondation Afas. Elle financera également une partie des coûts en puisant dans ses réserves soigneusement constituées. Les réserves existantes ne seront bien entendu pas suffisantes pour réaliser l’ensemble du projet, nous allons donc procéder par phases et prévoir une durée de projet de deux ans et demi. Nous travaillons pas à pas et comptons sur nos fidèles sponsors, de nouveaux sponsors du secteur médical, des entreprises et des écoles. A l’époque, nous avons collecté 300 000 € sur 6 ans pour la construction de l’école secondaire d’Endallah, et au cours des 3 dernières années nous avons collecté 135 000 € pour le projet Maji. Nous sommes donc convaincus que cela fonctionnera également.

Que pouvez-vous faire?

À propos de la gestion de projet, nous avons des années d’expérience. Nous avons également les connaissances techniques nécessaires. Plusieurs fois par an, nous nous rendons sur place pour suivre le projet, mais nous pouvons aussi compter sur nos fidèles coordinateurs locaux John, Elibari et le personnel du dispensaire. Vous pouvez être sûr que nous finirons aussi très bien ce projet, si nous disposons de ressources financières suffisantes. Pour ce dernier, nous aimerions compter sur vous.

Vous pouvez soutenir financièrement notre projet par un simple don

Misingi vzw
IBAN: BE90 9731 2362 6332
BIC: ARSPBE22

Souhaitez-vous recevoir un certificat fiscal?

La Fondation Roi Baudouin coopère avec le projet. Dès que vous soutenez Misingi avec au moins 40 EUR par an (en un seul versement ou cumulés), cela entraîne une réduction d’impôt de 45% sur le montant réel déposé (art. 145/33 CIR). Vous recevrez le certificat requis pour obtenir l’exonération fiscale en février de l’année suivant le don.

Cliquez ici pour faire un don

Comme pour nos projets précédents, nous proposons des ateliers et des présentations. Nous sommes impatients de les présenter.

Ces dernières années, on nous a régulièrement demandé si, en plus du soutien financier, il était également possible de faire don de médicaments et de matériel médical. Vous pouvez vraiment aider en faisant un don : Pommade à l’isobétadine, pansements, compresses (stériles), liquide de rinçage physiologique, paracétamol, piles AA et AAA. Tout cela ne doit pas être vétuste ou endommagé. Nous promettons que tout arrivera rapidement sur le site.

Nos garanties